#RECONVERSION PROFESSIONNELLE 13 | GAËLLE: CHANGER DE VIE APRÈS UN CONGÉ PARENTAL, C’EST POSSIBLE !

Gaelle Petit Coeur de beurre reconversion professionnelle après un congé parental

Zoom sur une nouvelle reconversion coup de cœur ! Responsable communication, Gaëlle a tout plaqué après son congé parental pour écouter son cœur… et aider à guérir celui des enfants atteints de cardiopathie. Fondatrice de l’association Petit Cœur de Beurre, elle nous raconte ce changement de cap, qui “n’est pas un choix professionnel mais un choix de vie”… 

Elles ont changé de vie après leur congé maternité :
Olive, du luxe à sa marque bébé
Céline, du cabinet d’avocat aux jouets éco-responsables
Candice, des powerpoint aux robes de grossesse

GAËLLE OU COMMENT CHOISIR LA ROUTE DE LA RECONVERSION APRÈS UN CONGÉ PARENTAL

 J’aurais aimé ne jamais quitter les bancs de l’école ! Après une licence de théâtre, j’ai cherché un ‘vrai boulot’. J’ai intégré l’IUFM, et de fil en aiguille ai enfilé la casquette de responsable communication d’un centre de formation. Plus qu’un métier, c’est l’univers de l’éducation et de la jeunesse qui m’attirait !

On dit souvent que l’amour dure 7 ans ! Après 7 ans (et 3 grossesses !) dans mon boulot, j’avais fait le tour… et cheminé vers de nouveaux projets ! Puis 3ème enfant, Balthazar, est né avec une malformation cardiaque : il ne pouvait pas être gardé en collectivité, les rendez-vous médicaux s’enchaînaient… j’ai posé un congé de présence parentale d’un an pour m’occuper de lui ! J’ai ‘profité’ de ce congé (du moins ce qu’il en restait, avec 5 enfants à la maison… dont 2 à temps plein !) pour créer l’association Petit Cœur de Beurre. J’avais besoin de cogiter, de … et m’engager pour les enfants nés – comme mon fils – avec une cardiopathie. Mon congé parental s’est terminé, je ne suis jamais rentrée et j’ai négocié une rupture conventionnelle pour me consacrer à l’association ! ️

PETIT CŒUR DE BEURRE OU LA CRÉATION D’UNE PETITE ASSOCIATION QUI MONTE

Les premiers mois, j’ai proposé d’organiser une galette des rois à l’hôpital Necker. Petit budget oblige, j’ai pris ma voiture direction Leclerc quand je me suis dit : ‘mais pourquoi ces enfants n’auraient-ils droit qu’à des galettes de supermarchés ?‘. Je suis rentrée chez moi, et j’ai appelé Fauchon, Dalloyau et Angelina : tous m’ont offert des galettes ! C’est anecdotique, mais cela reflète bien l’esprit de Petit Coeur de beurre : toujours aller chercher le meilleur !

4 ans plus tard, nous comptons 3 salariés, 500 adhérents, plus de 60 bénévoles dans toute la France, et un large éventail de missions : accompagnement des patients, soutien administratif et psychologique des familles, financement de la recherche… Aujourd’hui nous faisons partie du paysage de la chirurgie cardiaque et de la cardiopathie congénitale !

Mon expérience dans la communication m’a beaucoup aidée, mon mari – qui est directeur commercial et président de l’association – aussi ! Je me forme régulièrement, et fais souvent appel à du mécénat de compétences (RH, stratégie de développement, contenu éditorial…). Je passe aussi beaucoup de temps à l’hôpital, pour rester connectée au quotidien des enfants et de leur famille !

LE BILAN OU COMMENT RÉUSSIR UNE RECONVERSION PROFESSIONNELLE PLEINE DE SENS

Je ne pensais pas que le petit organisateur de galettes des rois grandirait autant ! Je ne m’attendais pas non plus à autant de travail… et de nuits blanches ! Mais je ne regrette pas, ce n’est pas un choix professionnel, mais un choix de vie ! On voit tous les jours des enfants malades qui sont déscolarisés, des mamans désocialisées car elles ont arrêté de travailler… Je ne peux pas retourner travailler en entreprise en sachant cela ! 

Monter une association, cela donne du sens, et c’est gratifiant. Et puis c’est excitant de toucher à tout, d’aller vers des gens que je n’aurais jamais abordés avant : les médecins, des directeurs d’entreprise, les bénévoles ou les familles… Je suis fière du chemin que nous avons parcouru. Je ne m’en sentais pas capable mais je me suis laissée embarquer… et fais confiance. Sortir de sa zone de confort, ce n’est pas toujours facile, mais cela amène des choses magiques !

Mon autre secret ? Chaque année, je pars une semaine en tête à tête avec mon mari sur les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle. C’est notre moment à nous, sans association ni enfants, pour se ressourcer et repartir de plus belle ! 

Un grand merci à Gaëlle pour son témoignage inspirant… et son engagement dans l’association Petit Coeur de Beurre !


 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *