#RECONVERSION PROFESSIONNELLE 69 | SOPHIE : CHANGER DE VIE À 40 ANS

De la vente par correspondance aux start-ups, en passant par le monde du luxe ou de l’art, Sophie n’a jamais eu peur de s’aventurer en terre inconnue.
Son dernier défi ? Bonnefamilles, une marque de mode et de lifestyle pour raconter sa vision de la famille. Un projet né d’un grand bouleversement : l’arrivée de son premier bébé. Elle nous raconte son parcours de multi-reconvertie et comment elle a changé de vie à 40 ans.

Psst… Si vous avez envie d’entendre Sophie raconter son parcours, vous pouvez l’écouter par ici. Car Sophie a accepté d’être la première invitée de notre tout nouveau podcast Des Chèvres dans le Larzac.

Sophie a changé de vie à 40 ans en lançant sa marque
Sophie, créatrice de la marque Bonnefamilles

Elles aussi ont changé de vie à 40 ans… 
Françoise, créatrice de “moments rares”. Elle a fait de sa passion un métier.
Clara, qui a quitté les assurances pour reprendre un camping dans le village de son grand-père
Aline, créatrice d’une marque de mode éthique

UNE PREMIÈRE RECONVERSION, DE LA VPC AU MONDE DU DIGITAL

J’ai commencé ma carrière en communication commerciale dans ce qu’on appelait à l’époque la “VPC”, la vente par correspondance. Un boulot très complet et surtout concret. Parfait pour faire ses premières armes !

Après 5 ans, premier “switch”… j’ai eu envie de quitter mes catalogues papier pour aller explorer le monde du digital ! J’ai démarré fort avec un job dans une grande maison de luxe. Très formateur certes. Mais une vraie machine à laver. J’en suis ressortie essorée au bout de 2 ans, au bord du burn-out.

C’est à ce moment là que j’ai eu mes premières velléités d’entrepreneure. J’ai participé à la création d’une start-up dans le domaine de la e-réputation. Malheureusement, le projet n’a pas abouti. Mais je ne le retiens pas comme un échec. D’abord, parce que je me suis éclatée. Et ensuite parce qu’il m’a permis de découvrir mon âme d’entrepreneure !

2e reconversion. Je décide de chercher un nouveau travail sur le marché de l’art – un domaine qui m’a toujours fascinée – et d’y déployer mes compétences en marketing. C’est ainsi que j’entre dans la filiale d’une compagnie d’assurance dédiée aux collectionneurs d’art. Un travail dans lequel j’ai passé 5 années, entre deux avions, à parcourir le monde et enchaîner les cocktails VIP. Passionnant mais épuisant. Mon moteur ? Baigner dans un milieu artistique, entourée d’oeuvres superbes. 

UN PREMIER BÉBÉ À 40 ANS, LE GRAND BOULEVERSEMENT

À 40 ans, j’apprends que je suis enfin enceinte. Un bébé que mon mari et moi avions longtemps attendu.
En quelques mois, mon échelle de valeurs et mes priorités changent. Je ne me reconnais plus dans mon costume de working-girl. 

Après la naissance de son fils, à 40 ans, Sophie change de vie
Sophie et son fils, habillés en Bonnefamilles

J’avais passé 15 ans à m’occuper de ma carrière professionnelle. Je voulais désormais consacrer le plus de temps possible à ce petit garçon que j’avais tant désiré, et je négocie mon départ à mon retour de congé maternité.
En parallèle de ce bouleversement familial, j’ai fait beaucoup de développement personnel et aussi subi une opération chirurgicale de la mâchoire qui a conduit à refaire mon sourire.

Un nouveau bébé, un nouveau mindset, un nouveau visage,… cette période m’a profondément transformée. Elle m’a aussi donné une énergie et une confiance en moi nouvelle. Je me suis ouverte aux autres.
L’idée d’entreprendre est très vite revenue. Près de 10 ans après ce premier semi-échec, j’étais prête à me relancer dans une nouvelle expérience.

À 40 ANS, ELLE CHANGE DE VIE ET CRÉE SA MARQUE

J’ai toujours aimé la mode, le beau, l’esthétique, les matières,… Ajoutons à cela mon parcours dans l’univers du luxe et de l’art. Il y avait une continuité logique à entreprendre dans l’univers de la mode.
Avec la naissance de mon enfant, je m’étais intéressée à la mode ”kids” et je trouvais que les marques s’adressaient aux familles de façon très stéréotypée en véhiculant de fausses images avec des photos léchées de familles parfaites, de chambres rangées et d’enfants bien peignés.

Je ne me reconnaissais pas et je ne reconnaissais pas les familles que j’avais autour de moi. Des  familles qui pouvaient être monoparentales, homoparentales, de jeunes parents quadra,…
C’est ainsi qu’est née l’idée de créer une marque authentique pour les familles (im)parfaites, avec des t-shirts, des sweats, mais aussi de la déco et du lifestyle pour toute la famille.

Bonnesfamille, une marque de mode et lifestyle pour familles imparfaites
Bonnefamilles, une marque de sweats pour familles imparfaites

Je me suis immédiatement posée pour exigence de produire de façon éco-responsable. J’ai été élevée dans le respect de la nature et des personnes et devenir maman a renforcé cette façon de voir la vie. J’ai donc conçu des vêtements en coton bio, en portant une grande attention aux modes de fabrication et aux conditions de travail dans les ateliers. 

Pendant plusieurs mois, j’ai construit mon réseau pour trouver des fournisseurs, des partenaires, faire dessiner mes créations, définir l’ADN de mon entreprise, construire mon site,… Il y a eu pas mal d’embûches et de déboires. Quand tu montes ta boite, il faut tout faire : production, commerce, marketing, communication, compta. Un vrai défi ! 
Mais heureusement, j’ai su m’entourer et oser demander conseil autour de moi. 

D’ailleurs, si j’ai un conseil à partager, c’est vraiment de se faire aider au maximum, de ne pas rester seul.e avec son projet.  Il faut échanger régulièrement avec d’autres pour le nourrir, par exemple en intégrant des réseaux d’entrepreneur.e.s.

JE TRAVAILLE DUR MAIS JE GÈRE MON TEMPS COMME JE LE VEUX

En mars 2019, après 18 mois de travail intensif, j’ai enfin lancé Bonnefamilles grâce à une opération de crowdfunding sur Ulule. Je proposais une première collection de 6 sweat-shirts en pré-commande.
Un an et demi plus tard, mon site est là, la collection s’est largement agrandie, avec aussi des bougies, des affiches, des déclinaisons de sweats et t-shirts pour adultes et enfants.

Bien sûr, la crise du Covid a été un coup dur. Mais elle m’a permis de ralentir un peu après une année de lancement très dure physiquement, durant laquelle j’ai énormément travaillé.
J’essaye de faire du yoga régulièrement et de garder une hygiène de vie saine. Et surtout de profiter de mon fils au maximum ! Car l’un des avantages de l’entrepreneuriat, c’est de pouvoir gérer mon agenda comme je le veux et de pouvoir aller le chercher à l’école quand l’envie m’en prend !

Merci Sophie pour ce joli témoignage de reconversion !
Pour en savoir plus sur cette très jolie marque lifestyle, rendez-vous sur le site Internet de Bonnefamilles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *