#RECONVERSION PROFESSIONNELLE 76 |AURÉLIE, LE LIBAN ET SA BOUTIQUE DE DÉCO EN LIGNE

Reconversion et création d'une boutique de déco en ligne. Aurélie, My Little Beyrouth

Et si tout commençait par une histoire d’amour ? Quand Aurélie tombe amoureuse de son (futur) mari, elle découvre son pays, le Liban, un peuple, des artisans. Coup de foudre. Révélation. Reconversion. Et création de la jolie boutique déco en ligne My Little Beyrouth.

Elles sont aussi tombées dans la grande marmite de la reconversion… et de la décoration :
Caroline et Charlotte, créatrices de brocantes en ligne
Charlotte, décoratrice d’intérieur

MA RECONVERSION, D’ACHETEUSE POUR BOUYGUES CONSTRUCTION A CRÉATRICE D’UNE BOUTIQUE DE DÉCO EN LIGNE

Quand mon mari m’a emmenée à Beyrouth pour la première fois, ça a été un électrochoc ! Ca partait dans tous les sens ! Très vite, je suis tombée amoureuse du pays, de son peuple, et de son artisanat local. J’ai eu envie de faire connaître ce Liban, et j’ai ouvert le blog My little Beyrouth avec mes bonnes adresses locales. Des visites, restaurants ou bons plans shopping glanés au fil de mes voyages. 

Puis mon fils est né, mes priorités ont changé et de nouvelles envies sont arrivées. Acheteuse pour Bouygues Construction, mais aussi et surtout amoureuse de chine et jolis objets, j’avais déjà essayé de monter un dépôt-vente il y a 15 ans. Et cela me démangeait de recommencer. Il faut dire qu’entre un père coiffeur et un grand-père brocanteur, j’ai toujours eu la fibre commerciale !

En 2019, j’ai lancé mon e-shop d’artisanat libanais et zéro déchet : des paniers en coton bio, du savon, des bracelets en chambre à air recyclés. Ca n’a pas trop pris, et je me suis vite tournée vers des paniers de plage, des macramés, de la verrerie ou des chaussettes colorées… De jolis objets lifestyle et décoration que je chine avec passion, quand je vais au Liban. 

My little beyrouth boutique de déco en ligne

MA NOUVELLE VIE POST RECONVERSION ET CRÉATION DE MA BOUTIQUE DE DÉCO EN LIGNE

Pendant un an, j’ai cumulé boutique et boulot. Ca faisait un peu trop, et j’ai fini par demander une rupture conventionnelle pour me consacrer entièrement à mon 2ème bébé. Un projet qui me tient d’autant plus à cœur que j’aide plus de 10 fournisseurs là-bas, qui à leur tour font vivre des familles sur place. Mon envie la plus chère ? Mettre en avant l’artisanat et le savoir-faire libanais, et montrer une autre image de ce pays que les guerres qu’on voit à la télé.

Dans mon ‘plus tard’ idéal, j’aimerais ouvrir une boutique My Little Beyrouth dans une grande ville. En attendant, je profite de ma nouvelle vie, et de ma liberté retrouvée.  Une vie où je peux aller chercher mon fils à la crèche tous les soirs, ou me prendre des après-midi pour moi. 

Même si mes journées ne sont pas toujours aussi colorées que les chaussettes de mon site. Avenir parfois stressant, solitude souvent pesante. La première année, je me suis sentie très isolée : pas facile de travailler chez soi, sans collègue et seule aux manettes d’une entreprise qui se lance. Puis j’ai appris à m’entourer. J’ai travaillé avec une agence, intégré des groupes d’entrepreneuses, baladé mon ordi dans des coworkings ou cafés, pour rencontrer, échanger, me booster !

Un grand merci à Aurélie Fiani, créatrice de la jolie boutique de déco et artisanat libanais My Little Beyrouth !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *